We are

Asking for Accountability

Qui nous sommes?

Nous sommes un groupe de personnes ayant été en relation, romantique ou autre, avec Jay M Trois d’entre nous sont survivant·e·s de relations toxiques et abusives plus ou moins longues avec lui. Quatre autres d’entre nous ont vécu en colocation avec Jay et ont été témoin ou étaient concerné·e·s par ses comportements qui ont négativement affecté des personnes de nos communautés. Deux d’entre nous ont fréquenté les mêmes espaces sobres que lui et ont constaté les actes que nous mentionnons plus loin dans ce texte. Le reste des personnes impliquées dans la rédaction de ce document sont des membres de la communauté qui ont été sollicité·e·s pour soutenir ce processus; qui ont de l’expérience en médiation et travaillent dans une approche de justice transformatrice, mais qui n’ont pas d’antécédents intimes avec Jay.

 

À qui on s’adresse?

Notre intention est de partager nos expériences, que Jay, ses ami·e·s et sa partner Clementine ont ignorées, minimisées et niées trop longtemps. En rendant cette information publique, nous voulons protéger les personnes qui pourraient interagir ou être contactées pour des dates par Jay (ou Clementine). C’est aussi une manière pour nous de solliciter sérieusement une prise de responsabilité de leur part. De nombreuses tentatives d’établir un dialogue et un processus de conciliation en privé et directement avec Jay ont échoué. Ces tentatives s’échelonnent sur plusieurs années. Jay a les moyens d’exprimer et de diffuser très largement ses idées et ses opinions, que ce soit dans la sphère universitaire, sur les réseaux sociaux via les pages de Clementine, ou dans leur podcast commun. Selon nous, il devrait être normal que les personnes qui ont ce type de pouvoir et de plateforme soient capables d’écouter, de prendre leurs responsabilités et de rester transparent·e·s. Surtout dans cette situation, où Jay et Clementine tentent de contrôler le discours sur ce que signifient la responsabilité et la conciliation.

On ne peut plus garder ça pour nous

Nous ne supportons plus que nos voix ne soient pas entendues, et nous ne supportons plus de voir l’histoire se répéter à chaque fois qu’un·e ex de Jay ose parler. Les actes que nous décrivons plus loin ont été récurrents et fréquents à travers nos interactions avec Jay. Certain·e·s d’entre nous le connaissent depuis 10 ans, d’autres l’ont daté pendant plus de 4 ans, d’autres encore ont vécu avec lui plus de 2 ans. Nous avons été témoin de ces comportements à de nombreuses reprises et régulièrement. Plusieurs d’entre nous avaient entendu des rumeurs concernant Jay, mais Jay ne racontait ces anecdotes que très partiellement et en se positionnant comme victime dans la situation. Nous avons passé beaucoup de temps à réfléchir à ce que nous avons vécu, à essayer de bien nommer ces expériences, et à guérir. Nous avons décidé de mettre ce travail en commun. Écrire et relire ce document nous a pris environ 4 mois, parce qu’on voulait prendre le temps d’y revenir régulièrement et de bien y penser. Nous espérons que les autres qui pourraient avoir été affectées n’auront pas à passer autant de temps à douter d’elles-mêmes et à s’isoler.

 

Trop de choses fucked up se sont passées

Jay s’intéresse principalement à aux personnes marginalisées: pauvres, queer, neuroatypiques, des personnes qui vivent avec un bagage traumatique important, et qui ne sont pas familières avec le milieu universitaire. Ces circonstances communes ne sont pas une coïncidence selon nous. Nous pensons que la manipulation émotionnelle et la malhonnêteté se produisent dans le contexte de jeux de pouvoir, quand quelqu’un·e utilise certaines disparités en termes de statut et d’accès dans son intérêt propre. Nous pensons que cette dynamique avait cours dans nos relations avec Jay. Il connaît bien les discours et sait jouer sur les mots qui rendent ça facile de lui faire confiance et de lui partager ta douleur et ton passé traumatique. Il a souvent utilisé ces connaissances pour cruiser dans la communauté, pour montrer un allyship de surface, et pour s’en sortir quand il était mis en cause dans des situations problématiques. D’après ce que nous avons vu et vécu, en général, il n’a pas cherché à utiliser ses connaissances pour désamorcer des dynamiques toxiques.

 

Donc on rend ça public parce que

Nous voulons être entendu·e·s et témoigner ce que nous avons vécu pour que tout le monde puisse se faire sa propre opinion et décider ou non de s’engager dans une relation avec lui. Nous cherchons le soutien de la communauté aussi, et nous décrivons en détail comment vous pouvez nous soutenir dans la section 3. Nous croyons que la justice transformatrice existe et nous croyons à la transformation personnelle: nous voulons que toute personne qui nous lit sache que ceci n’est pas notre première tentative (ni la 2e, ni la 3e, la 4e, ni la 5e…) de parler à Jay et d’en arriver à une résolution avec lui. Dans la section 2, nous expliquons ce qui a été fait par le passé et pourquoi nous avons décidé de dénoncer publiquement. Dans les sections suivantes, nous abordons les comportements que nous avons constatés, comment nous avons tenté de résoudre les problèmes individuellement, et ce que nous demandons de nos communautés pour la suite des choses. 

Notre but est de contribuer à réduire les méfaits

Nous avons conscience qu’une dénonciation de ce genre peut générer des conflits dans vos cercles ou dans votre vie, et que Jay et ses proches pourraient être perturbé·e·s par cette dénonciation. L’intention n’est pas de partager ce document pour aller harceler Jay avec des reposts. Nous voulons juste être entendu·e·s et aider d’autres personnes à éviter de vivre des situations toxiques et abusives similaires.

On n’est pas en train de ‘canceller’ Jay, quoi que Jay en pense et même s’il croit qu’il a déjà été ‘cancellé’. On le sait que c’est le monde blanc avec un privilège de classe, une éducation aux cycles supérieurs à l’université et une certaine notoriété, qui prend le plus de place pour se plaindre la ‘callout culture’ et de la ‘cancel culture’ au départ, mais on sait aussi ces personnes perdent rarement des opportunités et mettent rarement leur sécurité en jeu quand elles sont appelées à changer leur comportement et tenues responsables de leurs actes. On a aussi bien conscience qu’on s’adresse avec ces personnes avec beaucoup plus de compassion et d’égard que les personnes plus marginalisées qui sont confrontées. Parfois, cet effort va même leur donner plus de visibilité et leur fournir plus de matériel pour manipuler le discours en leur faveur plutôt que de les motiver à faire face aux dynamiques toxiques. Et c’est ce qu’on voit déjà dans ce cas-ci: Jay cherche depuis peu à capitaliser sur cette situation (avec Clementine), en se plaignant publiquement d’avoir été confronté et que des gens essaient de lui dire ce que ses actes ont causé chez eux. En tout cas pour notre part, on ne s’est pas rendu·e·s jusqu’ici pour brailler, spéculer ou profiter de cette situation. 

Resume

Pour résumer, nous détaillons les patterns que nous avons connus avec Jay : manipulation émotionnelle, sexualisation non consentie, pratiques de polyamour coercitives, malhonnêtes et peu sécuritaires; mépris général pour les enjeux de santé mentale des autres; tendance récurrente à fétichiser, tokeniser et agir de manière supérieure avec les personnes trans et les personnes racisées; évitement général de la communication quand ça ne l’arrange pas et de ses responsabilités quand il est confronté. Voici ce que nous demandons de nos communautés suite à la lecture de ce document (section 3) : 

 

Aujourd’hui, la plupart d’entre nous ne s’attendent pas à ce que Jay fasse preuve d’une quelconque bonne volonté à notre égard. C’est pourquoi nous cherchons tout d’abord à informer la communauté pour que chacun·e puisse prendre les décisions qui lui conviennent avant de partager un espace avec Jay ou commencer à dater. 

Maintenant que tu nous as lu·e·s, qu’est-ce que tu peux faire?

  • Partage avec toute personne que tu considères concernée et qui devrait prendre connaissance de ce processus et comment réagir. Nous espérons rejoindr eles communautés avec lesquelles Jay interagit, c’est-à-dire les milieux des sciences humaines et sociales à Concordia, la communautés queer et poly montréalaise, la communauté anarchiste montréalaise et les communautés sobres, rad sob, et AA.

 

  • Si tu es présentement en relation intime avec Jay, tu peux l’aborder directement à propos de ces comportements récurrents. Nous pensons qu’il est préférable d’engager une conversation plutôt que de prendre une distance ou de rompre tout de suite. 

 

  • Nous sommes convaincu·e·s que sans tentative de médiation ou prise de responsabilité, à la fois Jay et Clementine (qui sont réputé·e·s pour aller solliciter des dates potentielles l’un·e pour l’autre) devraient se voir temporairement refuser l’accès aux play parties, événements de dating et BDSM, surtout ceux qui visent les communautés queer et trans. Si vous organisez des événements de ce genre, vous pourriez publier un communiqué de soutien.

 

  • Sans dialogue, nous croyons fermement que Jay ne devrait pas être mis en position de pouvoir, de contrôler l’organisation et la coordination d’activités, ou de profiter financièrement d’événements où il enseigne des principes de polyamour et d’éthique en relations intimes (et puisque Clementine le défend avec tant de conviction, la même chose d’applique à son égard aussi). Si tu suis leurs comptes ou soutiens leurs projets, tu peux unfollow et/ou unsubscribe, et partager ce statement pour nous soutenir. 

 

  • S’il te plaît ne contacte pas directement Jay ni Clementine si tu ne les connais pas, ne les harcèle pas, ni en ligne ni en personne.

Dans ce document

  1. Qui est Jay et quels comportements toxiques on signale
  2. Les tentatives de dialogue passées et pourquoi elles ont échoué
  3. Nos demandes de soutien dans une visée de réduction des méfaits

Ce que vous lisez dans les sections suivantes peut être déclencheur et douloureux. Si c’est le cas pour vous, vous pouvez passer aux sections 2 et 3 pour en savoir plus sur ce qu’on a déjà essayé par le passé et ce à quoi ressemblerait une résolution selon nous avant de partager ce document.